Film Lifestyle Livre Musique Série

Mes découvertes, mois après mois // Octobre 17″

 

Bonjour mes petits hiboux tout doux ! ♥

Pour ce dernier jeudi du mois, après vous avoir parlé lundi de When Dimple Met Rishi, je vous propose un article sur mes petites découvertes ce mois-ci, ainsi que mes chouchous du mois. Prêt ? C’est partis !
( Cet article m’a été inspiré par l’article de l’adorable Cassandra ! )

Du côté des séries

Possédant depuis maintenant un an un abonnement Netflix (pour le meilleur et pour le pire !), je passe énormément de temps devant mon ordinateur ou ma télé à regarder diverses séries. Et ce mois-ci, parmi les milliers de série dispo sur le géant de la SVOD, voici celles que j’ai rajouté à ma liste sans fin de série : iZombie, Black Mirror et The Big Bang Theory.

iZombie est donc notre nouvelle série sans prise de tête avec l’amoureux, même si j’aimerais qu’on se concentre plus sur Stranger Things que nous n’avons toujours pas finis (et la saison 2 arrive à grand pas !). Mais cela ne m’empêche pas d’apprécier iZombie pour autant. J’aime le principe de la série (suite à une soirée un peu étrange, notre personnage principal, féminin, deviens un zombie, assoiffé de cerveau. Après avoir ingéré un cerveau, elle se retrouve alors avec quelques souvenirs de son propriétaire, ainsi que certains de ses dons, qualités, et/ou défauts), et le déroulement de chaque épisode. Cela reste léger et parfait pour un moment agréable à deux.

Black Mirror, malgré ses courtes saisons, me suit maintenant depuis le début du mois et je n’arrive pas à la finir. Pour la simple et bonne raison qu’il est impossible de la binge watcher comme je pourrais le faire avec une autre série, tellement elle me fait ressentir d’étranges émotions. Un sentiment de malaise me prends durant le visionnage d’un épisode et il me faut un certains temps pour m’en remettre. Certains épisodes sont d’ailleurs assez dur à voir à cause des sujets qu’ils traitent. Rien de violent ou de gore dans Black Mirror, juste un aperçus perturbant de ce que notre monde pourrait devenir avec les nouvelles technologies, en nous montrant tout le côté pervers et mauvais que cela nous apporterais (une mauvaise utilisation d’une sauvegarde de nos souvenirs, des réseaux sociaux trop envahissant où l’image que l’on renvois est plus importante que ce nous sommes, a quel point les réseaux sociaux nous affectent et etc). Et ce qui fait le plus peur, c’est que tout ce que nous montre la série pourrait réellement nous arriver dans un futur plus ou moins proche. A voir absolument ! Chaque épisode étant complètement indépendant et n’ayant aucun lien avec les saisons ou aux autres épisodes, je vous conseille de continuer malgré le premier épisode TRES étrange et de vous faire un avis à la fin de la première saison, qui ne fait que 3 épisodes.

The Big Bang Theory, qui loin d’être une série toute récente, est une série que j’ai longtemps boudé par manque de temps et de motivation devant le nombre incroyable d’épisodes à voir. Mais après avoir abattus enfin Friends et How I Met Your Mother, c’est maintenant à son tour ! Et quel bonheur. Plus de deux saisons d’avalées ce mois-ci et je ne m’en lasse pas. J’aime les références geek du show, à quel point ces quatre garçons me rappelle mes bébés nerds que j’ai avec moi en cours, et à quel point il m’arrive d’être la Penny de mon groupe d’amis.

 

Côté cinéma

Octobre fut pour moi un mois passé remplis de cinéma. C’est rare que j’y aille autant en si peu de temps. Ce mois-ci, j’aurais donc vu Mother!, le film si étrange avec Jennifer Lawrence, Ça avec son Pennywise terrifiant, ainsi que Blade Runner, mais l’ancien, dans le cadre d’UGC Culte le jeudi soir. Et, je vous recommande les trois.

Mother! et son scénario plus qu’étrange, si vous vous y préparez, peut vous faire passer un moment perturbant dans les salles obscures. Mais une fois que l’on lit différentes interprétations tout semble plus clair. J’ai presque eu envie de retourner le voir en salle afin de pouvoir voir les détails qui m’ont échappé. Le film est très propre, avec une image et un son irréprochable et Jennifer Lawrence nous livre une performance exceptionnelle pour ce rôle plus qu’atypique.

Ça, on en entends parler de puis des mois. Voir depuis plus longtemps encore. Le Pennywise est partout en ce doux mois d’octobre et je n’ai pas pu résister à l’envie de découvrir son histoire. Armée de toute ma trouille et du peu de courage que j’ai pu trouver, je me suis rendue en salle accompagnée d’une amie. Nous avons toutes les deux sursautés, eu peur parfois, mais rien d’insurmontable. Le film est remplis de jump scare, et mis à part quelques scène bien flippantes, le tout n’est pas si effrayant que ça. Les personnages sont attachant, l’humour est bien présent, et les enfants volent la vedette au Pennywise. L’esthétique du film est aussi très travaillé, avec une ambiance année 80 romancé que l’on peux retrouver dans Stranger Things.

Blade Runner, celui de 1982, en version Final Cut de 2007 (le film a eu beaucoup de versions différentes durant plusieurs années après sa sortie). Et mon dieu. Quel beau film, une véritable claque venue d’un autre siècle. Malgré ses 35 ans, l’histoire est toujours aussi surprenante. C’était la première fois que je voyais ce film, et le découvrir là, sur un grand écran, en VOSTFR, avec l’expérience d’une salle de cinéma, m’a fait vivre le film différemment je pense que si je l’avais vu sur ma télévision ou mon ordinateur. La qualité du film n’a pas pris une ride malgré les années, c’est toujours aussi beau à voir. Bien plus que certains films de cet époque qui ont eux mal vieillis. On sais, on le sens même, que le film est vieux, de part les technologies utilisés pour les écrans ou le visage si jeune d’Harrison Ford, alors en pleine force de l’âge, mais on finis par oublier ça et s’immerger dans l’histoire. Ce n’est pas un film d’action, c’est lent, l’ambiance noire se pose au fil des scènes et on se retrouve face à un chef d’oeuvre, un film culte. A voir et/ou à revoir absolument. Surtout avec cette version si qui soulève énormément de questions sur les replicants et sur le rôle d’Harrison Ford.

Du côté des musiques

Du côté des musiques, Octobre fut pour moi l’occasion de redécouvrir le groupe Knife Party, un groupe de musique australien d’électronique, en me plongeant dans leur dernier album, Abandon Ship, sortis il y a quelques années déjà. Parmi toutes les chansons de cet album, mes préférées sont  “Give It Up” ainsi que “Micropenis“. Leur album est disponible ici ainsi que sur Apple Music et Spotify. Pour ceux qui voudrais découvrir leur groupe via d’autres chansons, mes préférées sont “Bonfire“, “Internet Friend“, “Zoology” flat Skrillex, ainsi que “Rage Valley“, ma préférée du groupe.

J’ai également découvert le compositeur Peter Gundry ce mois-ci, avec ses musiques très douces. Je ne me lasse pas d’écouter ses différents albums, qui sont parfait pour une musique de fond ou pour se concentrer au travail. Tout en légèreté, en jouant sur des sonorités celtes et new age, ce sont de très bonnes musiques pour les amoureux des ambiances Fantasy et détente. A écouter de toute urgence ! Vous trouverez ici ses différentes composition sous forme de playlist. Voici aussi celle que je préfère parmi ses différentes compositions :

 

 

Continue Reading
Animé Lifestyle

Nana, un anime touchant aux milles émotions.

 

Hello mes hiboux ♥

On se retrouve aujourd’hui avec un nouvel article lifestyle, qui parlera pour une fois non d’une série ou des petites choses de la vie, mais d’un anime. Un anime qui m’a profondément émue et touché durant ses 47 épisodes. Un animé, qui malgré les années, malgré les différents visionnages, me fait l’effet d’un coup en plein coeur. Un animé qui me fait rire et pleurer parfois dans un même épisode. Cet animé, c’est Nana.

L’histoire

C’est l’histoire de deux jeunes filles, qui se retrouvent assise à côté dans le train se rendant à Tokyo. Au fil de la discussion, elles découvrent qu’elles ont le même âge (20 ans), mais qu’elles portent aussi le même nom : Nana. La première, Nana Komatsu, monte à Tokyo pour retrouver son petit ami Shouji, alors étudiant en art. La seconde, Nana Osaki, se rend à Tokyo afin de devenir chanteuse professionnelle avec son groupe.

Les deux jeunes filles sont complètement à l’opposé l’une de l’autre, la première étant très animée, très influençable et très amoureuse de l’amour. Elle s’habille de façon toujours mignonne et est souvent comparé à un chien recherchant de l’affection en permanence. La seconde, très indépendante, au style punk et rock, est très mature et ne laisse pas facilement influencer par les autres. Elle sait ce qu’elle veut et sais s’en donner les moyens avec une motivation à toute épreuve.

Malgré leur fortes différences, les deux Nana vont se retrouver quelques jours plus tard lors d’une visite d’appartement et devenir ainsi colocataires. Démarre alors une magnifique histoire et signe le début d’une amitié extraordinaire.

  

Mon avis

Avant d’être un animé, Nana est avant tout un manga. Manga que j’ai découvert fort jeune, quand j’étais encore qu’une petite collégienne. Je n’avais pas compris à l’époque tous les enjeux de son histoire, mais il m’avait profondément touché, de part la profondeur de ses personnages et leur forces. J’ai vu une partie de l’animé une fois au lycée, et ce n’est que très récemment que j’ai pu enfin le voir dans sa globalité ( 47 épisodes de 20 minutes). J’ai alors vu l’histoire avec un oeil nouveau, adulte, ayant pratiquement le même âge que les différents protagonistes.

Malgré un style de vie très différents (je suis encore étudiante alors que nos deux Nana non), je me suis retrouvée un peu dans ces deux femmes. La difficulté de partir de chez ses parents, le début de la vie seule, le travail, les difficultés financières, les difficulté liées à des relations, qui peu importe l’âge, sont toujours là. Et les différents dilemmes et choix que la vie apporte.

Une infidélité, les longues relations, des choix difficiles face à des situations complexes, les relations toxiques, la dépendance affective, les amours éprouvés. Voilà les différents sujets que l’on peut retrouver dans Nana. Car c’est avant tout un shojo (que l’on pourrait définir par une sorte de manga pour fille traitant de l’amour et autre sujets féminins), mais un shojo différent aussi, de par son côté slice of life que l’on retrouve parfois.

Cette amitié extraordinaire entre ces deux femmes m’aura donc complètement retourné, et comme dis plus tôt, j’ai ris comme pleuré devant certains épisodes particulièrement touchant. Les épreuves que vivent ces deux êtres auront donc eu de nombreuses résonances en moi, en me rappelant ce que j’ai pu vivre à certains moment au début de ma vie étudiante ou bien en tant que femme dans mes différentes relations.

De plus, Nana est un animé qui claque avec sa bande son très rock / punk ainsi qu’un style visuel assez fort, très proche de celui des planches du manga. Cela peut du coup parfois donner une esthétique assez étrange aux personnages, qui ressemble alors des êtres humains aux bras et aux jambes immenses (tout en étant extrêmement fin). La mode est aussi extrêmement présente dans cet animé, avec la forte présence de la marque Vivienne Westwood tout au long de l’histoire, cette dernière étant très présente dans le style des différents membres du groupe de Nana. C’est d’ailleurs à cause de cet animé que je rêve d’avoir une bague Vivienne Westood armor, comme Nana dans l’animé.

Je recommande ou pas ?

Bien sur que je recommande. Je vous le recommande même TRES fortement. Pour moi Nana, c’est un animé puissant, riche en émotions, qui ne vous laissera pas insensible. Malgré un style légèrement rebutant au début, j’espère que vous serez aussi touché par son histoire que j’ai pu l’être.

Mon seul reproche à cet animé est le fait qu’il ne soit pas réellement finis. L’auteure n’a jamais publié les derniers tomes de son histoire, ce qui fait que l’histoire se finit un peu en queue de poisson. Mais cela n’est pas très dérangeant au final.

Et vous mes hiboux, l’avez-vous déjà vu ou en avez-vous entendu parler ?
A lundi ! ♥

Continue Reading
Lifestyle

Le bonheur est dans le peu

 

Bonjour mes petits hiboux ! ♥

 

Sujet du jour : ces petites choses qui me rendent heureuse au quotidien ! (Diantre, c’était écris dans le titre ^^). Car oui, on a tous des petites choses qui nous remontent le moral, arrive à nous décrocher un sourire quand tout vas mal, ou tout simplement illuminer notre journée quand elle semblait banale ou mal partie. Je sais très bien que vous voyez ce que je veux dire. On y a fait parfois pas ou peu attention, mais ces petites choses là, elles font parties de notre quotidien, et c’est assez facile d’en intégrer quelques une dans notre journée pour repartir du bon pied.

 

Accroche toi, c’est parti !

 

  1. Lire. Tout simplement. Je suis une lectrice, depuis toujours. Cela me fait du bien, ça me remonte le moral, ça me donne la banane, et il y a peu de malheurs qu’une heure ou deux de lecture ne puisse effacer.
  2. Recevoir un message le matin de mon amoureux. Ou d’une personne que j’apprécie. On va pas se mentir, ça fait toujours plaisir, et c’est assez flatteur, de savoir que l’on compte assez pour quelqu’un pour que la personne nous envoie un message le matin. Ca permet de démarrer la journée du point pieds et de se lever avec le sourire. Si vous tenez à quelqu’un, envoyez leurs des messages leurs disant, ou souhaiter leur une bonne journée le matin. Effet garanti !
  3. Regarder un épisode d’une de mes séries préférées. Mes séries préférées, je les aime d’amour. Je les aime tellement que j’en ai fait un article. Et un épisode de Parks & Recreation ou de Doctor Who, ça me donne toujours une pêche d’enfer. Surtout si j’accompagne le visionnage d’un bol de pop corn fait maison.
  4. Prendre un bain. Se détendre pendant de longues minutes dans une eau bien chaude. Un de mes plaisirs coupable que je ne peux pas faire tous les jours. Mais en cas de gros coup de blues ou de journée difficile, c’est toujours un agréable moment en rentrant le soir chez soi. Un moment pour soi, où l’on se retrouve, et où on laisse tous ses problèmes disparaitre pendant quelques temps en même temps que l’on vide la baignoire.
  5. Ouvrir un colis/cadeau. Même si c’est un colis que j’ai commandé la veille ou il y a trois mois, j’adore ce moment où je tiens le colis ou l’enveloppe dans mes mains et que je suis sur le point de l’ouvrir. De couper le scotch du carton ou de le déchirer, c’est toujours un petit moment qui me rend heureuse. Du moins, quand c’est un achat plaisir. Mais, à ma plus grande surprise, j’étais toute heureuse de déballer mon fer à repasser commandé sur Amazon pendant le Prime Day ^^ !
  6. Recevoir un câlin. Etant une personne à câlin, j’aime recevoir des câlins. C’est une forme d’affection remplit d’amour, qui symbolise quelque chose de fort pour moi. Un câlin, ça réconforte, ça remplit de joie. Sauf quand c’est un câlin d’au revoir.
  7. Aller au cinéma. C’est cher certes, même en tarif étudiant ou avec des prix avec son CE, mais c’est un de ces petits plaisirs que j’affectionne. Être dans une salle sombre, avec mon amoureux ou des amis, pour voir un film sur grand écran. Cela permet d’être plus sélectifs dans les oeuvres que l’on vois, mais aussi de mieux savourer ce moment là, où la salle plonge dans l’obscurité et que le film commence.
  8. Manger asiatique. Je suis une grande adoratrice de la culture asiatique, et depuis toute petite, je suis habituée avec mes parents à manger asiatique : canard laqué, nouille sautée, porc au sucre/caramel, nems, samoussas, et autre délices en tout genre. Jusqu’à ce qu’il y a deux ans, je découvre les sushis et les makis. Depuis, je les associes à un moyen de fêter un petit évènement avec mon amoureux ou mes amis, et ils sont toujours synonymes de plaisir.
  9. Le pop corn. Que ce soit dégoulinant de caramel au cinéma ou légèrement sucré chez moi après l’avoir fait cuir à la poêle, le pop corn est un petit remonte moral que j’aime énormément. Peu cher, rapide, faible en calories (si on le fais sans matière grasse et sans trop de sucre), il accompagne à merveille un bon film ou une série.
  10. Ecouter mes chansons préférées. Je suis une fille qui aime écouter de la musique, depuis toute petite. Enfant, j’écoutais les CDs de ma mère, et j’associe toujours certaines chansons à certains évènements chez moi, et depuis que j’ai l’âge d’avoir un baladeur, rares sont les journées que je passe sans musique.
  11. Un coup de fil à ma famille/meilleure amie/l’amoureux. Rien de mieux pour remonter le moral. De parler, ou de simplement écouter l’autre, cela peut faire parfois beaucoup plus de bien qu’on ne le pense et nous aider à y voir plus clair. Ou tout simplement illuminer une journée qui a démarré du mauvais pieds.
  12. Orgueil & Préjugé. Que ce soit le roman, un des films, ou la mini série de film de la BBC, j’aime cette histoire. J’aime d’amour Mr Darcy, j’aime Elizabeth Bennet, j’aime cette époque, j’aime Jane Austen et j’aime cette magnifique histoire d’amour.
  13. Regarder un Disney. Il y a toujours une sensation feel good qui s’émane des films Disney, qui nous ramène à notre enfance, à la première fois qu’on a les a vu, ou tout simplement les chansons. Un agréable moment à passer, seule ou avec quelqu’un.
  14. Faire du coloriage pour adulte. Un superbe moyen pour se vider la tête tout en faisant travailler sa créativité. En se concentrant sur le motif, les couleurs à employer, on finit par ne plus penser à ce qui nous préoccupe et ressort d’une séance de coloriage plus léger.
  15. Allumer une bougie et regarder la flamme danser. J’aime les bougies, surtout celles parfumées, qui dégagent une odeur légère qui embaument mon appartement ensuite. J’en ai plusieurs, de toutes les tailles et de toutes les couleurs. En allumer une est un geste rassurant, qui renforce le sentiment d’être bien chez soi et d’y être en sécurité.
  16. Sortir et regarder le ciel le soir. Armée d’une bonne couverture l’hiver ou d’une petite veste l’été. Simplement se plonger dans les étoiles, observer la lune, et se sentir tout petit face à l’immensité de l’univers.
  17. L’odeur d’une tasse de thé fumante. Je fais partie de la team thé, même si pendant des années, j’étais dans la team chocolat chaud. Mais ça, c’était avant que je ne fasse la rencontre avec le thé vert à la fraise de chez Kusmi Tea, dont je ne me lasse pas malgré les années. Il est léger, passe partout, peu importe la saison, et je peux le boire à toute heure du jour et de la nuit sans risque de passer le reste de ma nuit les yeux grand ouvert.
  18. Le générique de Parks & Recreation. Ma série préférée, LA série feel good, avec un générique qui donne la patate, court mais dynamique, synonyme de bonheur. Je n’ai qu’à l’écouter pour sourire.
  19. Trouver LA position pour s’endormir. Il y a les soirs où l’on s’endort tout de suite, et ceux le temps passe sans que l’on ne puisse fermer les yeux. Jusqu’à ce que l’on trouve LA position ultime, celle où l’on va enfin s’endormir et qui nous procure cette sensation de bien être. Et souvent, c’est à ce moment là qu’on se rends compte que l’on a oublié quelque chose, de parfois important, et qu’il va falloir quitter cette confortable position ! ^^
  20. Un épisode de My Little Pony. Brony Spotted. C’est regressif, mignon, parfois un peu cucul, mais j’aime tellement. Ca me remonte toujours le moral, et j’aime les petites morales que l’on peux trouver dans chaque épisode. Mais aussi les énormes clins d’oeil pour les adultes qui se cachent dans chaque épisode.

 

Voilà mes petits hiboux 20 petites choses que j’aime et qui à coup sûr me remonte le moral ! Et vous, c’est quoi qui vous remonte le moral ou vous donne le sourire ? J’attends avec impatience vos commentaires ♥

Continue Reading
Instagram Lifestyle

Ces comptes que j’affectionne tout particulièrement sur Instagram

Bonjour mes petits hiboux !

 

Pour ce nouvel article un peu lifestyle, j’ai décidé de vous présenter mes comptes Instagram préférés, ceux que j’aime d’amour, dont j’aime les photos, mais aussi la personne derrière. Peut-être que vous en connaissez déjà certains, d’autre non. J’espère en tout cas vous faire découvrir de jolis univers avec cette sélection !

 

Fleurdejuin

Derrière ce compte tout doux se cache une jeune fille adorable avec qui j’adoooooore parler. Ses photos sont sublimes, elle crée un petit monde de douceur que j’aime énormément. Ses thèmes de prédilections sont les livres, Harry Potter et Disney. Elle nous fait aussi rêver avec ses magnifiques photos de voyages.

On la retrouve aussi ici avec son adorable blog.

 

Blondie.Bird

Delphine, armée de son appareil photo, vous fait vivre la magie de Disney avec son compte tout doux. Si vous prenez le temps de discuter avec elle, vous rencontrerez une personne adorable, extrêmement gentille. Je suis super heureuse de l’avoir rencontré lors de ma visite sur le parc et je suis avec plaisir son compte au quotidien.

Jacky Tatouages

Jacky_Tatouages est une jeune tatoueuse officiant sur Bordeaux, au FatLineTattoo Club à Bordeaux. Je ne me lasse pas de ses dessins si fin et poétique. Je pense même me faire faire tatouer une de ses sublimes pivoines un jour. Elle est également souvent en déplacement dans d’autre studios à travers la France pour tatouer en invité.

 

Babate_

Baptiste, 16 ans, se trouve derrière ce sublime compte livresque. Il lit aussi bien en français comme en anglais, et chacun de ses posts sont un régal pour les yeux. Si on prends le temps également de connaitre la personne derrière le compte, on découvre un jeune homme adorable avec qui c’est très agréable de discuter !

On peux retrouver ici son blog.

Once_upon_a_wildflower

Les Disney fan seront ravis avec ce compte, qui recèle de trésor. Les photos d’Audrey sont sublimes,  de qualité, et assez impressionnantes. Elle vous fera vivre sa passion pour Disneyland comme je l’ai rarement vu sur Instagram. Ses stories sont aussi assez drôle, mais attention, elle parle en anglais (vous pouvez tout de même lui parler en français 😉 ).

 

Son blog, principalement sur Disney, est ici.

 

Woodlands.fae / Meadow_mac.tire

Voici deux comptes Instagram où le vert et la nature sont à l’honneur. La propriétaire de ces comptes nous entraine dans ses différentes ballades, où la nature évolue en fonction des saisons. Elle nous partage aussi ses lectures, le monde des fées et autres merveilles que le monde nous offre.

 

On retrouve son univers également sur son Tumblr ici.

 

Morganebrret

Morgane, avec son compte Disney / Lifestyle, nous fait rêver avec ses sublimes créations (j’aimerais pouvoir dessiner comme elle le fait) et sa collection de pin’s Disney (Coucou les adeptes du Disney Pin Trading ! ). C’est aussi une jeune femme très agréable que j’aime beaucoup suivre depuis des mois.

 

Sa boutique Etsy se trouve ici , le compte Instagram lié à son shop est ici et son blog ici.

 

Bird_Worm

 

 

Manon, avec son Instagram pétillant, remplis de peluche Disney et de petits déjeuners gourmand, n’attends plus que vous ! C’est un compte plein de vie, remplis de joie, de bonne humeur et de folie. Je suis aussi souvent morte de rire devant ses stories, où elle ne se prends pas la tête. Mais de temps en temps, entre deux barres de rire, Manon nous parle de son combat avec les TCA, et c’est à chaque fois très émouvant et très inspirant. Un compte à suivre absolument.

 

Vafalia

Avec son univers coloré et ses dessins sublimes, Vafalia nous fait rêver. Que ce soit via ses stories où on l’a vois dessiner ou via ses posts, c’est un compte que j’aime beaucoup. Et j’aime beaucoup ses illustrations, car elle dessin du My Little Pony à la perfection, et que j’adore la bouille de ses Kirby.

On retrouve son petit univers ici dans sa boutique Etsy.

Unlivrealamain

Dernier coup de coeur en date, unlivrealamain est un magnifique compte livresque, où Amandine nous partage ses lecture avec des posts lumineux et vibrant. Ses photos sont sublimes et me donnent envie de lire chacun de ses livres. Elle lit aussi bien en VO qu’en Français,  les amoureux de la langue de Shakespeare seront donc ravis.

Continue Reading
Lifestyle Série

Ses séries qui me sont chères

giphy

Bonjour bonjour mes petits hiboux ♥

Aujourd’hui, on se retrouve avec un article sériesque (encore ^^), où je vais vous parler de mes séries préférées, celles qui me tiennent à coeur, que je suis avec amour et que je chérie.

Des séries, on en regarde tous. Plus ou moins. A des rythmes différents certes, à des moments différents, mais on finis par se retrouver souvent, seul ou entouré, devant notre petit écran.

Etant une série Addict (et cela n’a pas pris de qualité avec mon abonnement à Netflix, ce vilain petit diable), je regarde souvent ‘trop’ de séries. Elles se suivent, je prends parfois du plaisir à les regarder, je les nappes, puis il y en a auxquels j’accroche follement. Celles où je ne vois plus les heures passer et les épisodes s’enchainent. Des séries que j’aime voir et partager. Et aujourd’hui, c’est avec vous que je vais les partages ! Mon petit top 3 sériesque !

 

giphy1
Number One : Parks & Recreation

Parks & Recreation, forever.

Parks & Recreation est ma série chouchoute, celle dont je ne me lasse jamais. Si je ne devais en garder qu’une seule, ce serait celle ci. J’aime l’humour, les personnages, et son petit format : 20 Minutes. C’est d’ailleurs cette série qui m’a fait apprécier les sitcoms et leur petit format.

Mais cette série, c’est quoi ? C’est l’histoire de Leslie Knope (joué par la génialissime Amy Poelher) et de ses collègues, dans le département des parcs et loisirs de la ville fictive de Pawnee. Elle est du coup accompagnée d’une joyeuse bande d’énergumènes auxquels ont finis par s’attacher fortement : Ron Swanson et son aversion pour le gouvernement, Tom Haverford et ses idées foireuse, April Ludgate la stagiaire rebelle, Andy Dwyer véritable labrador (et joué par Chris Pratt avant sa perte de poids), Anne Perkins, Ben Wyatt et ainsi de suite.

Les personnages sont unique en leur genre, parfois cliché, mais aussi tellement criant de vérités à certains moment. J’ai ris devant les gaffes d’Andy, pleurais devant certains passages particulièrement touchant, mais surtout, j’aimais le soir retrouver ses personnages un peu fou après une dure journée de travail. Parks & Rec, c’est ma série doudou, celle que j’aime mettre quand j’ai un petit coup de cafard ou les soirs où tout va mal.

Si jamais vous souhaitez la commencer, je tiens à vous prévenir : les premières saisons ne sont pas forcément bonnes. Ils ont mis plusieurs saisons avant de trouver leurs humours, ce qui peut faire passer la série pour un navet au début. Mais si jamais vous accrochez à l’humour des premiers épisodes, vous êtes partis pour plusieurs heures de rires !

 

giphy2
Number two : Doctor Who

Doctor Who, mon amour !

Voilà bientôt plus de 5 ans que je suis avec plaisir les folles aventures du Docteur, cet alien un peu étrange, qui avec son Tardis, voyage à travers le temps et l’espace.

Mais Doctor who c’est quoi ? C’est une des plus vieilles séries de Science Fiction toujours active au monde (elle a fêté ses 50 ans il y a quelques années), qui malgré de nombreuses saisons, sait se renouveler et nous offrir de beaux moments.
On suis les aventures du Docteur, un seigneur du temps vieux de plus de 900 ans, dernier de son espèce, qui à l’aide de son Tardis, une machine à voyager dans le temps, parcours l’univers à travers différentes époques et lieu. Il est souvent accompagné d’un ou plusieurs compagnons, qui vont le suivre dans ses aventures.

La particularité de cette série, c’est que toutes les trois ou quatre saisons, on change de Docteur ! Oui, on change ! D’acteur, de personnalité, de style ! Pour tromper la mort, les seigneurs du temps ont leur petite astuce : ils se régénèrent ! Outre le changement d’acteur, cela permet de renouveler complètement la série, donnant à chaque ‘cycle’ ses particularité.

En commençant avec le reboot de 2005, on démarre avec le 9em Docteur, tout droit sortis de la guerre du temps, très solitaire. Suis un 10em Docteur remplis de tristesse mais qui avance. Puis un 11em, foufou, et un 12 assez rock’en’roll ! Le 13e Docteur viens d’être annoncé et ce sera une femme ! Comme j’ai hâte de voir une de mes séries préférées avec un visage féminin dans le lead role.

Mais Doctor Who, ce n’est pas que ça. C’est renversant, loufoque, sans queue ni tête parfois, tellement les histoires se mêlent. Mais c’est toujours aussi prenant, aussi captivant. Le fait d’avoir un personnage principal pouvant voyager aux quatre coins de l’univers et dans le temps laisse le champ libre à de nombreuses opportunités scénaristique, ainsi que pour l’originalité de certaines histoires, personnages, ou décors. Mais cela n’a pas toujours été le cas. A son reboot en 2005, la série est arrivée sur nos petits écrans avec un budget assez serré, la rendant assez kitch pendant de nombreuses saisons. Mais à partir de la saison 5, elle prends son envol, et malgré un côté kitch parfois assumé, la série monte en grade niveau qualité, effet spéciaux et costumes !

 

giphy3
Number two – ex æquo : Penny Dreadful

Penny Dreadful, ma douce, partie trop tôt.

Penny Dreadful, c’est quoi ? C’est une série un peu étrange, véritable ovni, dérangeant et glauque. Dans cette série noire, où l’on peux retrouver différentes créatures de la littérature, tel que Dorian Gray ou le charmant docteur Frankeinstein, on croise également des démons, des sorcières, quelques loup-garous et vampires. Tout ce que le surnaturel a à offrir s’y retrouve. C’est sombre, violent, perturbant même. Morbide pour certains épisodes. Mais j’ai accroché comme jamais. Mais pourquoi ?

Tout simplement car Penny Dreadful est une série unique, dont on en voit peu de cette trempe. La musique, l’ambiance, les cadrages, tout est impeccable et extrêmement travaillé. On se retrouve propulsée dans cette époque Victorienne, où Vanessa Ives (jouée par la talentueuse Eva Green), qui possède un puissant lien avec l’occulte, aide Sir Malcom Murray dans sa recherche de sa fille, enlevée par une créature obscure. Dans leurs différentes recherches, ils vont s’allier avec le docteur Frankenstein, ainsi qu’un tueur à gage n’ayant peur de rien. Ensemble, ils vont explorer les bas-fonds de Londres et partir explorer la source de mal.

Malgré son thème et sa tendance à être assez gore, je n’ai pu me décrocher de cette série. Vanesse Ives et ses tourments m’ont hanté pendant les trois saisons que dure la série. Eva Green nous livre avec cette série une interprétation magistrale d’une femme tourmentée et possédée. Car oui, le diable et les démons sont assez présent dans cette série, pour mon plus grand plaisir, moi qui suis une grande adepte du surnaturel.

L’histoire est extrêmement bien ficelée, les personnages travaillés, et les acteurs interprètent pleinement leur rôle. L’esthétisme est aussi très détaillé et précis, et je me suis plusieurs fois pâmée devant les costumes des acteurs. La fin de la série est quand à elle magistrale, et plusieurs mois après l’avoir vue, je ne m’en suis toujours pas remise ! *snif*

giphy4
Number Three : American Horror Story

American Horror Story, welcome to hell !

Halala, American Horror Story ! Pendant des années je me suis empêchée de regarder cette série, car le mot ‘horreur’ dans le titre me faisais peur. Oui, je suis froussarde. TRES froussarde ! J’ai autant peur du surnaturel qu’il m’attire. Et depuis toujours, j’évite les films d’horreurs ou d’épouvante à cause de tout cela. Car j’ai tendance à y croire, et cela reviens me hanter pendant plusieurs jours. En plus d’être froussarde, je suis faible !

Mais AHS (oui c’est plus court, puis on est entre nous !), c’est pas pareil ! Même si je ne regarde JAMAIS la série le soir, j’aime profondément cette série. Pour son esthétisme, son originalité, et sa richesse de créations ?

Pour ceux qui ne connaissent pas, AHS, c’est une série assez étrange, un peu dérangeante, qui à chaque saison, se renouvelle complètement. On garde les mêmes acteurs, on en enlève quelques uns, on en rajoute d’autres, mais on change complètement d’histoire. Chaque saison est donc complètement indépendante l’une de l’autre, sans aucun lien entre elles (même si parfois on a quelques clins d’oeil à d’anciennes saisons). Voici les thèmes de chaque saison :

  1. Murder House, aka la maison hanté
  2. Asylum, aka l’hôpital psychiatrique
  3. Coven, aka les sorcières de Salem
  4. Freak Shows, aka les cirques de l’horreur
  5. Hotel, aka la maison hanté version hôtel
  6. Roanoke, aka la colonie perdue
  7. Cult, aka les clowns (du moins ce que l’on peux en penser au vu des derniers trailers sortis)

Chaque saison réinvente du coup la série, en lui donnant une nouvelle image, mais en lui permettant également d’explorer de nouvelles choses. Chaque saison a sa propre esthétisme, son propre thème et les acteurs nous livrent des prestations uniques. Après plusieurs saisons, je suis toujours surprise de ce dont ils sont capable et de la richesse de leur jeux. Jessica Lange, Sarah Paulson et Evan Peters sont réellement les membres du cast qui portent la série et lui donnent ses lettres d’or. Lady Gaga a également rejoins la série pour la saison 5, et c’est un pur bonheur que de la voir sur le petit écran !

Pour les plus curieux, je vous recommanderais de commencer avec la saison 3, Coven, qui est la plus soft de toutes. Puis ensuite de reprendre dans l’ordre, en reprenant par Murder House. La série s’amuse à créer des situations, où la boule au ventre, on ne sais pas à quoi s’attendre. Et de jolies petites frayeurs peuvent découler de cette tension quand cette dernière éclate. Mais cela reste raisonnable (mais ce n’est pas pour autant que je regarderais ça la nuit, je suis une froussarde :3 )

Voila mes petits hiboux, c’est finis pour aujourd’hui. Je vous ai présenté mes séries préférées, en espérant que je vous aurait fait connaître quelques nouveautés. Mais si comme moi vous avez passé plusieurs heures devant l’une d’entre elles, qu’en avez vous pensé ?

Love

Continue Reading